Alexandre Ricard succèdera à Patrick

0

Patrick Ricard est décédé brutalement d’un arrêt cardiaque le 17 août sur son île varoise de Bendor. Alexandre, son neveu, devrait lui succéder en 2015. Ce décès est un sacré coup dur pour le groupe Pernod-Ricard qu’il avait hissé au 2eme rang mondial du secteur des spiritueux derrière le britannique Diageo.

ricard_afficheIl avait été fidèle à la voie tracée par Paul, son paternel qui lui avait transmis les manettes du groupe alors qu’il était âgé de 33 ans. Comme son père, Patrick était doué d’un sens du marketing et de la pub inné. Mais à ce génie de la com, il avait ajouté un goût du contact, un instinct du chasseur affûté -ce qu’il était- et un bon sens des opportunités.
Ainsi, s’il n’a pas réussi à faire boire ses anisettes à la planète, il a su constituer un épais portefeuille de marques qui permet aujourd’hui à Pernod-Ricard de pouvoir répondre présent sur tous les continents. Cette série d’acquisitions a débuté par le whisky -dont il est N°1 mondial- avec par exemple Chivas ou Ballantine’s. Fin 2001, en rachetant 39,1 % du Canadien Seagram, il double sa taille et devient N°3 mondial. Parallèlement, la dette du groupe elle a été multipliée par quatre notamment avec la reprise, en 2008, de la vodka Absolut.

Mais son sens du marketing n’était-il pas un chouia hypertrophié ? Car cet homme ne voyait le salut que dans les marques. Ainsi en allait-il pour ses marques de vins (Australie, Afrique du Sud…) A contrario, il considérait les appellations d’origine et donc le signe d’un terroir comme une prison. Ainsi l’expliquait-il en août 2011 dans une interview donnée au Point. Une vision pas vraiment partagée par des vignerons français attachés à donner la meilleure expression de leur terroir et qui comptent aujourd’hui parmi les meilleurs contributeurs à la balance commerciale française.

Le Conseil d’Administration de Pernod Ricard a été fidèle aux volontés de Patrick Ricard. C’est donc son neveu, Alexandre Ricard, qui devrait lui succéder et prendre les rênes du N°2 Mondial des spiritueux. Mais à partir de janvier 2015. Pour l’instant c’est encore Danièle Ricard et Pierre Pringuet qui gardent les commandes d’un groupe qui malgré la crise, continue sa progression.

Whiskys Jameson, Glenlivet, Chivas, Ballantine’s, Aberlour, Malibu, Cognac Martell.. Champagne Mumm et Perrier Jouet, Lillet… Pernod-Ricard, c’est un portefeuille de près de 100 marques qui lui permet de répondre présent à toutes les demandes sur tous les continents.
Idem pour les vins. Le groupe n’a pas manqué d’acquérir les principales marques de vin dans tous les grands pays producteurs. A commencer par l’Australie avec Jacob’s Creek, la Nouvelle Zélande avec Church Road, mais aussi l’Afrique du Sud, l’Argentine et l’Espagne notamment avec Campo Viejo.

Un chiffre d’affaires en hausse de 8%

Réuni le 29 août 2012, le Conseil d’Administration de Pernod Ricard a dévoilé ses résultats annuels. Sur l’exercice 2011-2012, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 8,21 milliards d’euros (+8 % par rapport à 2010-2011).Pour Pierre Pringuet, Directeur Général du Groupe : «C’est le résultat d’une stratégie claire et constante : fort investissement sur nos marques, innovation, premiumisation* et expansion géographique… Malgré les incertitudes économiques, nous sommes confiants quant à la capacité du Groupe à délivrer une solide croissance également sur cette année ».

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.