Quand les aigrefins font passer des églefins pour des cabillauds

0

Holà patron ! Et votre cabillaud en plat du jour, ce ne serait pas plutôt de l’églefin ? A moins qu’il ne soit mareyeur ou descendu d’un chalut, peu de clients osent la question.
Après les races à viande ou les fausses andouillettes 5A, le poisson, compte tenu du prix toujours en hausse, n’échappe pas aux turpitudes. Une enquête sur la fraude à l’étiquetage de poissons conduite par des associations BLOOM et Oceana, associant des chercheurs de l’INSERM du Muséum national d’Histoire naturelle et du magazine Terra eco révèle que la fraude à l’étiquetage intervient dans 4% des cas.

poisson

Parmi les cas fréquents, le cabillaud remplacé par de l’églefin ou du merlu. Et surtout le thon rouge. «Quatre des cinq échantillons (soit 80%) mentionnant « thon rouge » se sont ainsi avérés cacher une autre espèce de thon : du thon albacore ou du thon obèse, moins cher. Le niveau de tromperie atteint 100% (16 cas sur 16) lorsque l’information sur l’espèce est demandée au
serveur : si le menu n’indique rien de plus que « thon » et que le serveur répond à une demande de précision sur l’espèce en affirmant qu’il s’agit de thon rouge, sa réponse est certainement erronée.» relève l’étude

L’étude révèle que les fraudes portent sur des poissons achetés frais. En revanche aucun cas de fraude n’a été relevé sur les 119 échantillons prélevés sur des produits surgelés et des plats préparés.

En savoir plus : www.terraeco.net

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.