Pommes de terre et sel de Noirmoutier

0

Pomme de terre de Noirmoutier

Quand on se balade sur l’île de Noirmoutier, la quantité de champs de pommes de terre peut surprendre. Le sable, les embruns, les algues et un savoir-faire ancestral ont donné naissance à la pomme de terre primeur de l’île de Noirmoutier réputée pour son microclimat doux et ensoleillé. Dès le 19ème siècle, l’île s’est ainsi tournée vers la production de la pomme de terre primeur appelée Bonnotte de Noirmoutier. Aujourd’hui, ce sont près de 100 tonnes de Bonnottes qui sont récoltés en une semaine ! Ce qui est arraché le matin est emballé l’après-midi et envoyé dans la nuit pour qu’elles arrivent avec un maximum de fraîcheur sur les étals.

Une pomme de terre iodée aux algues

La fameuse pomme de terre de Noirmoutier est réputée pour son goût fruité, sa chair juteuse.  Elle pousse dans une terre sablonneuse, enrichie par les algues marines, que les agriculteurs vont ramasser à l’automne sur les plages et dont ils se servent pour fumer leurs champs. La tradition veut qu’on la plante à la Chandeleur pour qu’elle soit récoltée 90 jours après début mai. Le goût si particulier de la pomme de terre de Noirmoutier viendrait ainsi de l’iode des algues.

L’autre particularité de la pomme de terre de Noirmoutier est d’être petite (de la taille d’un pouce) et d’avoir une peau si fine qu’elle ne nécessite pas d’épluchage. Première sur les marchés parisiens et nantais, on la retrouve sur la table de nombreux bistrots parisiens en accompagnement de côtes de boeuf. Sa peau ajoute une saveur subtile supplémentaire pour les papilles du consommateur. Les pommes de terre sont justes poêlées. Il suffit donc de les laver et de les couper en 2 ou en 3 selon leur grosseur et de les faire revenir dans du beurre.

La pomme de terre Primeur de l’Ile de Noirmoutier qui depuis 2014 s’appelle la Noirmoutier est la plus classique et la plus connue des productions du groupement des agriculteurs noirmoutrins. Mais sont également produits et récoltés : la Sirtema, la Bonnotte de Noirmoutier, l’Esmeralda, la Charlotte et la Lady Christ’l.

La Coopérative de Noirmoutier regroupe aujourd’hui une trentaine d’exploitants, qui produisent sur 350 hectares de l’île, et expédie environ 11 000 tonnes annuelles dans toute l’Europe.

Pour en savoir plus sur la pomme de terre de Noirmoutier 

sel-noirmoutier

Sel de Noirmoutier

Dans les établissements gastronomiques, les pommes de terre de Noirmoutier sont souvent assaisonnées de la fleur de sel tirée de la même île dont le mode de production naturel et la méthode artisanale de récolte confèrent une richesse et un goût unique.

Si autrefois la fleur de sel était « coulée » par des enfants que l’on envoyait à la saline car elle ralentissait l’évaporation pour le gros sel, les sauniers de l’île vendéenne se sont focalisés sur la récolte de cette fine pellicule de sel cristallisée à la surface de l’eau aux heures les plus chaudes de la journée. La fleur de sel, est ainsi devenue le véritable « or blanc » des marais salants. Pour se distinguer de Guérande qui en produit dix fois plus, les sauniers de Noirmoutier ont opté pour la qualité maximale. Leur « fleur » est séchée naturellement au soleil, sur des tables au milieu du marais et triée à la main.

Et de relancer ainsi cette activité presque disparue depuis les années 80 (25 sauniers contre plus de 600 dans les années 40).  Aujourd’hui, 3000 œillets (bassins) sont exploités par une centaine de sauniers, adhérents de la coopérative Aquasel ou non, récoltant le sel de façon artisanale. On récolte près de 3000 tonnes de sel marin dans une année normale, mais les récoltes sont totalement liées à la météo.

En savoir plus sur la Coopérative Aquasel

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.