L’ « Artichaut du Roussillon » obtient l’IGP

0

La reconnaissance de l’« Artichaut du Roussillon » en Indication géographique protégée (IGP) est parue au JO de l’Union européenne le 31 juillet 2015. L’indication concerne cinq variétés d’artichauts et s’étend sur un territoire de 50 communes de la plaine du Roussillon et de la vallée du Têt, pour une surface exploitée d’environ 500 ha.

L’artichaut est produit ici depuis le XVIIIe siècle. Le chardon domestiqué apprécie les sols limono-sablonneux profonds et bien drainants. Les maraîchers locaux ont développé un savoir-faire pointu. Et de ce fait, les Pyrénées Orientales sont devenus le 3ème producteur d’artichauts en France. Ils ont l’avantage de la précocité par rapport aux concurrents bretons notamment et sont les  premiers sur les étals dès la fin mai.

La plantation, exclusivement manuelle, est réalisée à partir de plants, le plus souvent multipliés par les producteurs. La récolte non mécanisée se fait en plusieurs passages réalisés en fonction de la maturité des capitules.

Cette   IGP  marque une reconnaissance tant pour la relation séculaire  entre l’artichaut et le Roussillon que pour le savoir-faire des producteurs du territoire. Reste que ces derniers mois, les maraîchers sont préoccupés par le développement du souchet, une mauvaise herbe qui s’épanouit dans les terrains sableux de l’artichaut. Cette adventice à la croissance incontrôlée empêche les jeunes plants de profiter de la lumière du soleil, ce qui peut les conduire l’étiolement et à la mort.

L’Indication géographique protégée concerne 5 variétés d’artichaut : Blanc Hyérois ou Macau, Calico, Pop vert, Salambo et Violet VP 45.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.