Louvre Bouteille ou comment oublier le masterchef ?

0

Peut-on être aux fourneaux et aux studios en même temps ? La question se pose avec toujours plus d’acuité depuis que la télé-réalité vient recruter ses troupes dans les cuisines bistrotières pour ses émissions gastronomiques.

Pour les bistrots parisiens, c’est parfois plus que perturbant. A fortiori quand la promo joue autour de la notoriété télévisuelle du chef. Louvre Bouteille en est un peu l’illustration. Rodolphe Constans Gavarry, patron de ce joli bistrot contemporain de la rue Saint-Honoré, a boosté la notoriété de son lieu en embauchant en 2010 Cyril Rouquet, finaliste de l’émission Masterchef.

Dès les premiers mois d’ouverture, la nouvelle table parisienne du 150 rue saint-Honoré défraie la chronique. Le tout Paris s’y rend pour se régaler de plats aux noms originaux – comme « l’œuf Louvre Bouteille »(une crème champignon, coppa croustillante, œuf poché,) ou « l’agneau qui bêle »(selle d’agneau crème de chèvre, crème de courgettes et carottes colorées). La machine est bien lancée, Louvre Bouteille affiche complet et la magie va opérer grâce à une carte d’innovations salivantes. En janvier 2014, patatras !

louvre_bouteille_salle

« A cette période, Cyril a eu un accident et nous avons dû fonctionner sans cuisinier » raconte le patron. Au terme de six mois d’absence, le chef révélé par TF1, et devenu médaille d’or des Jeux olympiques de la gastronomie à Pékin, rend son tablier.

louvre_bouteille_resto

Le gérant, encore sous le choc de ce récent divorce, dissimule son amertume et ne se laisse pas abattre. En cuisine il s’attache à dresser les quelques plats qui ont fait le succès de la maison comme ce Veau qui a la Côte ( côte de veau, sauce émulsionnée, citron combava).
Mais visiblement, l’affaire n’est plus aussi prospère. D’autant qu’au moment-même où son chef le quittait, la conjoncture pour le CHR s’est sérieusement tendue. Du coup, le gérant explique qu’il devrait embaucher un nouveau chef et simplifier la carte tout en baissant légèrement ses prix. Il faut dire que la formule du midi entrée-plat ou plat-dessert à 24 € sans chef aux commandes peut sembler un chouïa onéreuse. Paradoxalement, la carte de vins plutôt concentrée et bien équilibrée dans ses appellations est une agréable surprise sur ce plan avec des premiers prix à 18€ un Bordeaux Réserve James Deschartrons 2010. De quoi se convaincre de sortir l’ouvre Bouteille !

Louise Audibert

Précision

Depuis le début de l’année 2015, c’est le jeune chef , Mathieu Boulay, qui officie aux fourneaux de Louvre Bouteille.
En savoir plus
http://www.louvrebouteille.fr/

150 rue Saint-Honoré, 75001 Paris

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.