Tricatel a-t-il gagné, M.Ducasse ?

0

Alors que la France joue la gastronome, l’ONU tire la sonnette d’alarme contre le secteur agroalimentaire.

« Fête de la gastronomie », « Tous au restaurant », « Semaine du goût »… Décidément, en cet automne 2011, on ne sait plus où diriger ses papilles ? On ne va pas jeter la pierre à Frédéric Lefebvre d’avoir initié la Fête de la Gastronomie, ça nous rappelle qu’on est Français et ça fait oublier les nuages noirs de la crise. Le seul hic, dans notre pays, ce sont les tartuffes. Rien de nouveau depuis Poquelin, mais comme la gastronomie est une nouvelle religion qui fait vendre, on n’en manque pas. Ainsi des entreprises comme Quick ou Metro n’ont pas hésité à s’engouffrer dans la fête. Idem pour le géant de l’agroalimentaire Nestlé via sa filiale Davigel qui a fait rire jaune bien des chefs en parrainant l’opération Ducassienne « Tous au restaurant ». «Alors, M.Ducasse Tricatel a-t-il gagné ? »

 

Question tartufferie, la médaille d’or revient à McDo qui publie son Journal du Développement Durable. Avec des têtes de chapitres comme « les Enfants d’abord », la « protection de l’environnement urbain », la « stratégie agroécologique ». Par exemple, sur le travail avec le roi de la patate McCain qui a déjà sérieusement réduit la diversité des variétés de patates en Champagne et dans le Nord-Pas-de-Calais et mis nombre de paysans sous sa coupe. Une belle vision du développement durable qui n’a d’autres buts que de faire oublier les gamins obèses et paumés à l’espérance de vie réduite… et l’importance de la diversité du patrimoine culinaire et agricole français.

Manque de chance pour McDo et tous les autres géants de l’agroalimentaire, le 19 septembre à la tribune de l’ONU, Ban Ki-Moon a carrément accusé ce secteur de mépriser la santé publique. Le Secrétaire général des Nations Unies a parlé d’« une histoire honteuse et bien connue concernant certains acteurs de l’industrie qui ignorent la science, parfois même leur propre recherche. Ils « placent la santé publique en situation de risque afin de protéger leurs propres profits ». Car les affections cardio-vasculaires, les maladies respiratoires chroniques et le diabète favorisés par l’excès de sel, de sucre et de graisse sont la cause de 36 millions des 57 millions de décès enregistrés dans le monde chaque année, un chiffre qui devrait augmenter dramatiquement.

Alors fréquentez encore un peu les bistrots et brasseries qui continuent à éplucher leurs patates, à faire leur mayo et à se fournir chez des vignerons du terroir. Ce sont eux qui font la fête à la gastronomie.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.