Carole Delga affine les Maîtres Restaurateurs et le « fait maison ».

0

La remise du 3000ème titre de Maître Restaurateur, le 1er avril, au patron du restaurant les « Fous de l’Ile » (75004) a été l’occasion pour Carole Delga, secrétaire d’Etat à l’Artisanat, de redonner un coup de projecteur à ce dispositif et d’annoncer quelques changements. Désormais un Maître Restaurateur pourra être un employé.

Cela devrait permettre aux groupes de restauration qui font du fait-maison d’afficher le titre sur la porte de leurs établissements. Petit problème, ce titre d’état étant donné pour quatre ans, faudra-t-il enlever la plaque si le responsable quitte le restaurant avant ce terme ?

Carole Delga a également signé une convention avec Francis Attrazic, président de l’Association Française des Maîtres Restaurateurs (AFMR). Ce texte fait de l’AFMR l’interlocuteur de référence pour les Maîtres-Restaurateurs vis-à-vis des pouvoirs publics. A charge pour l’association de promouvoir auprès du grand public la notion de Maître Restaurateur. Car c’est une critique récurrente de bien des membres de l’association qui croient au label mais qui déplorent son manque de reconnaissance chez les consommateurs.

delga

Ce faisant, Carole Delga a donné un sacré coup de pouce à Francis Attrazic dans sa drôle de guerre de positions qui l’oppose en sourdine à d’autres clans de cuisiniers et notamment à Alain Ducasse et son « Collège Culinaire » et ses « restaurants de qualité ». D’autant que ce dernier a obtenu un soutien fort de Laurent Fabius qui lui a apporté sur un plateau le réseau des ambassades pour l’opération « Goût de France – Good France ». Ainsi, le 19 mars, des milliers de dîners ont été servis, en même temps, dans 1300 restaurants de 150 pays. Et à Versailles, un banquet fastueux a fait tomber en pâmoison la fine fleur des chroniqueurs culinaires de la place de Paris…

Francis Attrazic et Carole Delga

Francis Attrazic et Carole Delga

A se demander, après ce royal banquet, à quoi pouvait bien servir la Fête de la Gastronomie ? Promue par Carole Delga et ses prédecesseurs -la 5ème édition aura lieu du 25 au 27 septembre 2015- la manifestation tend à s’adresser à un public plus large – on n’ose dire le peuple…- que celui du raout fabiuso-ducassien  ? Et elle se décline également à l’étranger… Mais après tout pourquoi chipoter sur les dépenses liées à d’éventuels doublons gouvernementaux concernant la politique gastronomique française ? Avec une dette de l’Etat de 2032 milliards d’Euros, on n’est plus à quelques millions près.

Carole Delga devrait également réactualisé le fameux « fait maison ». Il a pourtant une existence légale depuis janvier mais il peine à rentrer dans les faits. La Secrétaire d’Etat à l’Artisanat qui a relancé une concertation avec les organisations professionnelles en février promet un nouveau texte plus simple et pragmatique très prochainement.

Quant à la création du statut d’artisan Cuisinier, Carole Delga le soutient plus que jamais malgré l’opposition de certains syndicats patronaux tel que le Synhorcat. «On ne peut pas dire qu’on soutient la gastronomie sans avoir un geste fort vis-à-vis des professionnels.» explique-t-elle. Il sera intégré dans la loi Macron. Il y a la loi. Il y a les faits. Ces nouveaux artisans des fourneaux sauront-ils apporter du bonheur aux palais des humbles ? C’est tout ce que l’on peut souhaiter.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.