Porcs bretons et algues vertes

0

Ainsi de l’élevage intensif des porcs en Bretagne. Sept millions de bêtes dont les déjections rendent impropres l’eau des rivières et sont la cause sur les plages d’Armor des milliers de tonnes d’algues vertes qui dégagent un méthane tueur. Aux centaines de millions d’euros déjà engloutis, le conseil des ministres du 3 février a décidé que l’Etat consacrerait 134 millions d’euros d’ici 2014 pour les éliminer.

agri10_porcPourtant, la prise de conscience tarde à venir chez les acteurs. En septembre, le préfet des Côtes d’Armor, dans une note à Matignon, évoquait la nécessité d’un « changement profond des pratiques agricoles ». Il avait déclenché la foudre. Le responsable de la chambre d’agriculture locale l’accusant de salir la profession. Mais si la Bretagne est en pointe du désastre, tous les pays de plaine sont touchés par l’abus d’azotes et d’engrais. Combien de rivières françaises sont désertées des poissons ? Même des départements en « zones montagnes  » comme l’Aveyron ont vu leur production de miel chuter de 30% en trente ans. Si les abeilles renoncent à polliniser …

Pour que vivent les grandes porcheries ! (29/06/2010)
50 parlementaires UMP ont voté un amendement adopté dans le cadre de la loi dite de Modernisation agricole qui rend possible de créer sur simple déclaration des élevages de 750 truies ou de 2.000 places d’engraissement. L’algue verte qui s’étend sur les plages bretonnes a encore de beaux jours devant elle tout comme les fabricants d’antibiotiques qui comptent leurs meilleurs clients parmi les cochons français… En revanche le gastronome rabelaisien continuera à faire triste mine dans un pays appelée en France qui ne compte aucun jambon AOC.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.