Lazare

0

Située sur le parvis de la Gare Saint-Lazare, Lazare est une brasserie chic pensée par le chef étoilé Frelon, porte-étendard du renouveau de la gare, destinée à faire oublier le sandwich SNCF.

Ouvert 7 jours/7,  on peut se sustenter à toute heure à partir de midi d’un tarama d’oursin 7€,  d’un Parisien, le jambon-beurre « fréchonesque » à 7,50€… D’ailleurs Lazare fait la part belle aux charcuteries : rosette et jambon de Paris à l’ancienne, terrine de foies de volailles maison mais aussi mortadelle à la truffe noire. Les sardinettes, elles, ne viennent pas du port de Trouville mais de Galice (Espagne) et sont servies avec du beurre aux algues (16€). Mais le camembert de Normandie est bien présent sur la carte puisqu’on peut le commander en portion (4€) ou entier(12€) … 

Mais le Lazare n’est pas seulement un lieu de passage où des voyageurs pressés posent leur valise et croquent sur le tôt ou le tard un bout de cochonnailles ou de fromage, la brasserie attire aussi son lot d’habitués qui y viennent pour goûter la cuisine du chef, Thierry Colas qui officiait auparavant au Procope.

Le semainier égrène les grands classiques des plats bistrotiers (19€) : quenelles de brochet sauce Nantua, pot-au-feu de boeuf à la moelle, plaquette de veau à l’ancienne riz pilaf, brandade de morue gratinée, saucisse de Toulouse purée.

A la carte les classiques sont revisités. Ainsi pour le Maquereau au vin blanc cuit en terrine, sauce raifort (13€) ou encore pour les Poireaux cuits au grill, vinaigrette mimosa (14€) …. Idem pour les plats. On peut ainsi tester un jarret de cochon laqué, choucroute de navet au genièvre (29€) ou des « coquillettes pour enfants gâtés à la truffe noire (35€). Sans oublier l’andouillette de pied de cochon truffée pomme purée (36€). Pour les petites bourses restent les endivettes au jambon gratinées à l’emmental (19€) ou encore le tartare de boeuf au couteau pommes pailles (23€).

En guise de dessert (de 7 à 12€), on peut hésiter entre une glace Paris-Deauville, des Iles flottantes aux pralines roses ou encore des crêpes Suzette au zeste d’orange.
Le service est cordial. Bref, on y revient. Même s’il manque l’étincelle dans le palais qui fait le petit plus qui distingue.

Parvis de Saint-Lazare.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.