L’Alsace aux Champs-Elysées

0

L’Alsace, choucroute élyséenne

Depuis le 28 octobre, le paquebot Alsace a retrouvé son ponton sur les Champs-Elysées après 26 mois de travaux. Sa proue de verre donne l’impression aux convives de fendre les flots des foules qui remontent la plus belle avenue du monde. Ouf, le verre est blindé pour parer aux débordements des soirées chaudes des « Champs. »

Alsace_horloge

Terminé la taverne Alsacienne avec ses petites ouvertures où l’on bâfre à l’abri des regards. Ici, on est en vitrine et on s’élève vers le ciel puisque l’ancienne salle du sous-sol a laissé place à la cuisine, et que la brasserie a gagné un premier étage. S’il demeure les barres de laiton et le rouge des sièges pour rappeler les codes de la brasserie, l’Alsace s’engage résolument dans le contemporain. Abats-jour apparence métal, plafond de bois noir, parois de verre, cigogne stylisée, il y a surtout cette horloge dorée au plafond du rez-de-chaussée pour ne pas oublier celle de la Cathédrale de Strasbourg et rappeler surtout que l’établissement reçoit 24 heures sur 24. Bien vu.

Alsace_coucroute

Rien à dire sur la choucroute. Qu’elle soit Strasbourgeoise ou Royale au Crémant d’Alsace. Ni trop fade, ni trop acide, ni trop grasse, une belle synthèse copieusement servie. Elle arrive en direct d’Alsace de la maison Angsthelm, référence depuis des décennies des plus grandes brasseries parisiennes. On livre ici de quoi consommer un quintal par jour. «On la lave et on la cuit dans la graisse de canard» explique le chef Patrick Ortega (ci-dessous à gauche), le capitaine du navire depuis 2005. Dans ses fourneaux, il reçoit souvent la visite de » l’amiral » Leprince, « Chef des Chefs » du Groupe Frères Blanc (ci-dessus à droite) qui a particulièrement surveillé la confection de la charcuterie. Saucisses, jambonneaux, jarrets… sortent de chez Chédeville, charcutier francilien bien connu du CHR parisien. Sérieuse arrête dans la glotte des charcutiers alsaciens.

Alsace_chef
Point d’arrêtes en revanche dans la fameuse choucroute de poissons fins (omble chevalier, haddock, saumon et langoustine) tendrement iodée et l’un des musts de cette Alsace. Ce plat délicat est à des années-lumière de certaines « choucroutes dites de la mer » qui servent aux restaurateurs sans scrupules à recycler les restes de leurs clients, de ces bouts de poissons qui s’échouent dans des assiettes improbables comme les emballages plastiques sur le littoral.

Alsace_langoustine

Ce plat iodé devrait faire un carton dans les palais délicats et chez les touristes moyen-orientaux nombreux dans la quartier dont la religion proscrit le porc. S’ils ne pourront pas goûter l’andouillette 5A du père Duval ou la terrine maison, en revanche le tartare de charolais au couteau (22€) ou la côte de veau française rôtie (37€) au gratin dauphinois ne devraient pas leur déplaire.

Alsace_salle
Au dessert, on hésitera évidemment entre strudel et kouglof au rhum (10,20€) -façon baba-mais un chouïa plus léger. Desserts qui à défaut d’être maison n’en sont pas moins tendres et moelleux. Croisons les doigts pour qu’il en soit toujours ainsi…

Alsace_verre
Bref cette Alsace new look ne tombe pas si mal pour redonner un repère sur ces « Champs-Elysées » en conciliant modernité et cochonailles, élégance et prix maîtrisés. Car on est loin du massacre habituel. Les tarifs de l’Alsace n’ont pas bougé malgré 26 mois de fermeture et trois points de TVA. Et le petit déjeuner à 5,90 € risque de clairsemer quelques terrasses où le café peut atteindre les 8€. Alors ? Seuls peut-être les fans de l’Oncle Hansi risquent de tousser quand ils boiront leur « gewurtz » dans des verres germaniques aux gros pieds verts. Sur place, on explique que la finesse des verres alsaciens les rendaient impossibles d’usage en restauration. En 14, l’établissement aurait brûlé pour moins que ça ! Depuis, De Gaulle et Adenauer sont passés par là. Et nous n’aurons donc pas à rougir d’inviter des amis Allemands à descendre les Champs pour investir l’Alsace.

L’Alsace – 39 av. des Champs-Elysées – 75008 Paris – Tél. 01 53 93 97 00
Métro : Franklin Roosevelt
Ouvert 7j/7 , 24/24
Formule découverte : 19,90€

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.