Le « Livre de Cave » de Frédéric Béal

0

A Paris, derrière la Chambre des Députés, il existe une adresse connue des passionnés de vins. De la rue, on distingue des caisses de bois et des cartons et parfois des grand noms connus des amateurs tels Lynch-Bages. Il y a aussi des dizaines de bouteilles sous armoires climatisées. Ici reposent quelques uns des plus beaux flacons français (Château Pétrus, Romanée Conti). Des grands millésimes. Certains ont plus d’un siècle d’existence.

Frédéric Beal est le patron du « Livre de Cave ». C’est un homme singulier. Ni un caviste, ni un marchand. Plutôt un antiquaire du vin auquel il a consacré sa vie. Formé à l’école de viticulture de Mâcon en Bourgogne, Il s’est construit en 25 ans une expertise reconnue auprès de quelques centaines d’amoureux des grands vins français dans le Monde.

Ces derniers lui confient la gestion de leur cave. Cela explique le nom de son affaire. Cela signifie par exemple qu’il achète des grands crus chaque année pour le compte de ses clients car il est allocataire de certains grands domaines. En clair, grâce à de longues relations bâties sur la confiance, certains châteaux bourguignons (Liger-Belair, Leroy) et bordelais lui réservent à chaque nouveau millésime quelques caisses impossibles à trouver dans le commerce. Frédéric les met à la disposition de ses clients. «Je connais leurs préférences et leurs goûts, cela me permet de leur proposer des lots qui vont les séduire» explique-t-il. Frédéric Béal les alerte aussi pour leur signaler quand telle cuvée a atteint son apogée. Et qu’il convient soit de la déguster soit de la mettre en vente et la remplacer par exemple par des millésimes plus jeunes.

beal2

Certains découvrent le vin sur le tard après avoir réussi dans les affaires. Dans ce cas, Frédéric leur créée la cave qui correspond le mieux à leurs affinités. Et à leur budget.
Evidemment, s’il s’occupe des très belles bouteilles et des beaux crus, tel un concierge de Palace, il peut répondre à des demandes spéciales comme celle de trouver la bonne bouteille -même d’un millésime rare- sur un château particulier-pour un anniversaire par exemple.

huitres-livreCaveFrédéric Béal n’appréhende pas le vin comme un produit spéculatif. Mais toujours comme un produit de plaisir, un fil conducteur de la sociabilité. Pour lui, la raison d’être d’une bouteille est d’être ouverte et partagée. Mais pas n’importe comment. Il y a un art de la dégustation. Avant de boire un vin, il faut le regarder et l’humer, en parler pour savoir d’où il vient. Pour les amateurs, il organise dans son endroit des dîners de dégustation en veillant à ce que les accords soient les plus harmonieux.

Le Livre de Cave organise des dégustations exceptionnelles de grands vins soit au magasin pour des groupes maximum de 8 personnes, soit sur le lieu de l’entreprise pour des groupes pouvant aller jusqu’à 40 personnes. Avec sa connaissance et son expertise, Frédéric Béal sait parfaitement s’adapter à toutes les demandes. Des dégustations les plus complexes, par exemple une verticale sur tel domaine entre tel et tel millésime ou une horizontale. Voire même une initiation à la dégustation des grands crus.

Mais il n’a rien d’un buveur étiquettes. Au contraire, en honnête disciple de Bacchus, il est à l’affût de tout ce qui se passe dans les vignobles qu’il parcourt dans tous les sens. Il sait repérer les cuvées qui sortent de l’ordinaire pour le seul plaisir de surprendre ses clients. Il connaît les bons vignerons qui produisent des vins de soif charmeurs. Comme par exemple avec ce viognier signé Stéphane Sérol, un vigneron de Roanne dont les cuvées coûtent dix fois moins cher qu’un grand bordeaux.

www.lelivredecave.com/

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.