Au Père Louis

0

Au Père Louis de la mère « Marie-France »

perelouis2On pénètre de plain-pied dans une salle avec comptoir et tonneaux. L’endroit a un côté Taverne d’Ancien Régime. De quoi imaginer facilement y tourner une scène de Fanfan la tulipe. Une chose est sûre avec sa physionomie un peu tarabiscotée, avec des mezzanines et petites salles au fond, le Père Louis ne manque pas de charme.

Mais la personnalité du lieu tient pour beaucoup à sa patronne. Marie-France Minotti une belle bistrotière italo-cantalou, fille de bûcheron, à l’œil pétillant et la voix bien perchée. Elle a la passion du goût chevillée au corps et n’est pas le genre à servir une tarte aux framboises en janvier. Avec six brasseries déjà tenues, la restauration, elle connaît. Elle est plutôt du genre à se désoler de ne pas trouver un croque digne de ce nom dans les brasseries parisiennes.

perelouis1

Si vous voulez du spectacle dites lui que vous adorez ses frites surgelées et son pounti sous vide et admirez l’éruption du Vésuve. Elle débite chaque mois en frites une tonne et demi de patates commandées à un producteur du Loiret avec lequel elle travaille depuis des années. Ses fromages viennent du Cantal en direct comme sa charcuterie et ses confits et magrets d’Aveyron.

perelouis3

A la carte un cassoulet maison (19€), un boeuf bourguignon classique pomme vapeur (17,50€), un Chateaubriand au poivre (25€) ou un  tartare de boeuf Augus au couteau (18€). Les amateurs apprécieront la côte de veau de 1kg pour 2 personnes servie avec frites maison, sauce forestière (54€).

perelouis2

Et chaque jour des plats du jour qui changent comme ses cuisses de pintades aux pleurotes ou ce rouget au coriandre. Du coup, il y a pas mal d’habitués. Particulièrement prisé parce que servi uniquement le week-end :  le Cheeseburger du Père Louis  (180gr de viande fraiche hachée, cheddar, bacon, sauce cocktail maison, tomate, frites maison et salade).

Petite carte des vins originale avec une orientation assez marquée sur le Languedoc et le sud-ouest, et une appétence pour des vins qui sentent bon leurs racines terriennes. Un formidable domaine Piquemal Terres Grillées sur le réglisse, un la Clape Château Pech-Céleyran mais aussi un côtes-de-blaye en enjôleur comme Château Vieux Planty. Mais c’est un côtes de Duras, le domaine de Laulan qui envoûte le palais de la patronne. Avec des premiers prix de bouteilles à 20€ et des assiettes de charcuteries à 15€ que l’on grignote autour d’un tonneau, Au Père Louis représente l’archétype du bistrot démocratique où l’on refait le monde.

Le Père Louis – 38, rue Monsieur le Prince – 75006 Paris – Tél. 01 43 26 54 14
Métro : Odéon
Formule déjeuner à 19.90 € : Entrée + plat ou plat+dessert
A la carte: 35-50€
Ouvert tous les jours.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.