Un « Languedoc » à l’ancienne

0

Plus tradi tu meurs ! C’est un restaurant à l’ancienne, rideaux à carreaux, devanture de bois et boiseries. Une maison familiale qui le fait savoir sur sa devanture : « Maison Dubois depuis 1974 ». Ça incite à la confiance. L’affaire n’a de Languedoc que le nom puisque les Dubois sont originaires du Limousin…

languedoc_coupleAux parents ont succédé le fils, Michel, flanqué de son épouse Sylvie. Ils savent y faire avec une équipe à la hauteur pour impulser un service aussi chaleureux que rythmé. Dès la porte poussée, l’accueil est là. Michel a dans la voix ces intonations et ces formules qui signalent les bonnes maisons.

Un œil sur la carte confirme l’idée de la tradition. Certes chacun sait qu’elle est souvent l’illusion d’une permanence gastronomique parisienne. Mais cette fois-ci, miracle ! la quête n’est pas vaine. D’abord, les prix sont sages comme des premiers communiants d’une autre époque…

languedoc_hareng

Et en ce « Languedoc », la qualité des produits se perçoit très vite. Cela commence avec la jarre de harengs pommes vapeur (4,50€). Ils ont juste ce qu’il faut de suavité et d’amertume, une merveille. Un conseil servez-vous grassement car la jarre ne reste pas longtemps sur votre table…Sinon les escargots ou les cuisses de grenouille à la provençale devraient séduire les trapus. Mais certains vieux habitués ne jurent que par les asperges et les cœurs d’artichauts quand c’est la saison.

languedoc_steak

Beaucoup d’habitués viennent aussi ici pour la viande. Et c’est vrai que l’entrecôte avec son beurre persillé (14,50€) vous renvoie à celle de votre grand-mère. Quand elle fond dans votre palais, les neurones décrochent. On ne s’interroge même pas pour savoir s’il s’agit de Salers, d’Aubrac ou de la charolaise… Si le confit de canard maison (14,50€) est un chouïa desséché, il se tient et ne s’effiloche pas comme les confits industriels.

languedoc_profiterolles

On s’achève dans la joie avec les profiteroles ( 5,5€) au chocolat parfumé et sensuel. Le petit verre de poire est bienvenue pour conclure ce retour à l’espoir dans de bonnes assiettes parisiennes. Ces limousins du « Languedoc » sont plein de ressources. Pour un peu on penserait presque aux Corréziens de Saint-Emilion…

Bacchus ne parle pas la langue d’Oc !

Quant aux vins, ce « Languedoc » est l’un de ces phares dans la nuit parisienne dont on rêve que le faisceau aveugle certains limonadiers capables de multiplier par huit le prix de la moindre IGP. La maison met en avant un Côtes du Tarn à 10€ et un bourgogne Passetougrain à 15€ la bouteille sans oublier un gaillac Château Labastidié domaine appartenant au Conseil des Echansons de France (16,20€). On relève aussi un honnête Médoc Cru Bourgeois, Château Pontac Lynch 2004, à 33 €. Reste ce mystère absolu de porter ce nom de Languedoc sans avoir une seule bouteille de cette origine…

Le Languedoc
64, bd du Port Royal
75005 Paris
tel. 01 47 07 24 47
Fermé mardi et mercredi

Métro ligne 7 : Les Gobelins

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.