« Café Français », garçon un supplément d’âme, svp !

0

Malgré ses ambitions, ce « Café Français » de la Bastille ne semble pas encore prêt de rivaliser avec ses grands devanciers germanopratins du « Flore » ou des « Deux Magots ».  Géré par Thierry Costes, le fils de Gilbert, cette brasserie peine à faire son trou six mois après son lancement. Et pourtant, ses patrons n’ont négligé aucun détail.

SONY DSC

A commencer par l’aménagement intérieur qui révèle un travail en profondeur de la décoratrice India Mahdavi. Un vrai parti pris esthétique bâti autour d’un logo qui évoque le travail de typographie de Cassandre et dont la thématique se décline sur les murs, les sols, les tables et les fauteuils. C’est soigné sauf peut-être un léger effet de rupture entre la salle et la terrasse plus classique. D’ailleurs, la longue terrasse est malheureusement à l’ombre le midi. Ce qui fait évoquer à certains professionnels que ce Café Français est un  « emplacement difficile ».cafe_francais_pouf3

A l’intérieur, drôle d’ambiance. Les jeunes filles « Costiennes »  en short ou mini-jupes évoluent comme dans un défilé de mode en boucle entre des tables souvent inoccupées. De quoi donner des émotions aux messieurs qui, assis, ont presque les yeux à hauteur du postérieur des demoiselles et qui ont parfois du mal à se concentrer sur leur déjeuner d’affaires. C’est évidemment voulu. A force, entre la serveuse, la demoiselle chef de rang, le commis… cela ressemble à une petite armée mexicaine et on ne sait plus très bien qui fait quoi.

Le menu propose des assiettes qui tiennent la route. Faute d’être roboratives, la précision de leurs goûts vient là encore d’un souci du détail qui se mesure dès la salade. Et que l’on retrouve ensuite dans un carré d’agnelet d’Aveyron fèves fraîches (29€) ou un quasi de veau cuit au four aux girolles (25€). Le faux-filet de bœuf (origine UE) est aussi bien travaillé. Bonne surprise et bel effort pour ces patrons auvergnats, les frites maison sont à discrétion. A base de pommes de terres spunta, elles se signalent par leurs longueurs exceptionnelles qui rappellent les jambes des serveuses.  Long aussi est l’éclair au chocolat (12 €) comme la sensation voluptueuse qu’il procure.

cafe_francais_assiette

Quant à la carte des vins, elle est bien structurée, avec des crus bien sélectionnés. A des prix corrects vu le standing de l’établissement. Et de belles propositions de vins au verre, pouilly-fumé 2011 Lebrun à 11€, chablis, 2011 Louis Père & Fils à 9€, Margaux Château Siranà 15€ ou encore un excellent saint-jospeph 2010 signé Bernard Gripa à 12€. Mais les plus passionnés pourront aussi opter pour le Clos de Vougeot Grand Cru 2008 domaine Denis Mortet à 480 €…

Malgré les tambours et les trompettes de la renommée, malgré le buzz du réseau des chroniqueurs bienveillants, il semble, outre les clients, manquer une âme à ce lieu, tant il est vrai que l’esprit d’une brasserie ne se réduit ni à sa déco, ni à ses serveuses, fussent-elles ravissantes. La méthode du mystère chère aux «Frères Costes» de la grande époque (pas d’interview, pas de photo) marche peut-être moins bien depuis leur séparation pour la 2ème génération. Les innovations ne manquent pas dans le Paris de la limonade. Du coup, ce « Café Français » n’a évidemment pas l’effet de rupture qu’a pu avoir un « Café Costes » durant les années 80.  Il ne serait pas inutile de réfléchir à ce qu’aurait fait un Marcelin Cazes ou même un Jean-Paul Bucher dans un tel paquebot…

Café Français 3, Place de la Bastille, 75004 Paris – Tél. 01 40 29 04 02
Horaires d’ouverture : tous les jours de 07:30 à 02:00
Métro ligne 1 : Bastille

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.