Les Noces de Jeannette : Jeannette ne pleure pas le jour de ses noces…

0

Un peu en retrait des Grands Boulevards, face à l’Opéra Comique, ce restaurant centenaire -autrefois baptisé Poccardi –  fut une adresse célèbre pendant la première moitié du XXe siècle. Simone de Beauvoir le cite dans ses « Mémoires d’une jeune fille rangée » comme un très bon souvenir. Pas question pour autant de tomber dans le statutaire et l’empesé pour cette affaire très parisienne. Comme l’opéra éponyme de Massé, les  Noces de Jeannette est destinée à mettre l’âme en joie.

SONY DSC

Au rez-de-chaussée, le Bistrot de Jeannette se décline en deux salles : le bistrot côté Opéra orné d’affiches originales d’opéras-comiques de Massenet et le bistrot côté Ciné aux murs couverts d’affiches des plus beaux nanards du cinéma des années quarante et cinquante comme ce magnifique « Cantinier de la coloniale ». Dans les deux cas, on s’y sent bien détendu et serein.

SONY DSC

Question assiette, on est à la noce…  Patrick Fracheboud, le patron, est un trapu du terroir, aussi acharné à pister le bon producteur qu’un fox-terrier, un sanglier. Exemples : la Belle Iloise pour la soupe de poisson, Michel Ruault pour les tripes à la mode de Caen,  Christian Parra pour son boudin noir (ci-dessous) au piment d’Espelette, monument de sensualité… Sans oublier les anchois de la Maison Desclaux de Collioure (ci-dessus). Et Dominique, le chef, pilier de la maison, sait y faire pour mettre en musique, ces beaux morceaux.

SONY DSC

Noce_bar1

De bons produits bien préparés comme  ce filet de bar rôti au fenouil fondant ou cette terrine de bœuf au foie gras chutney de figues, sans oublier le pavé de charolais label rouge arrivé directement de Bourbon-l’Archambault. Les desserts sont dans la même lignée : croustillant au  chocolat amer, framboisier au coulis de fruits rouges et glaces signées Terradélice.

SONY DSC

Questions vins, pas question de marier Jeannette avec un palais râpeux !  La carte est impressionnante à la fois par le nombre que par la sélection des producteurs. La part faite aux bourgognes laisse percevoir les préférences géographiques du patron : chablis Gautherin, côte-de-Beaune, avec un chassagne-montrachet signé François d’Allaines, côte chalonnaise et mâconnaise avec un givry du domaine Lumpp.

A côté des belles étiquettes, on trouve aussi des vins d’auteurs, des vins de paysans qui surprennent les palais en leur rappelant que le vin vient de la terre. Ainsi en va-t-il de ce marcillac de Teulier ou de ce fronton du Domaine le Roc, sans oublier l’irrouléguy de la Maison Arretxea ou ce bourgogne générique « pinot noir » signé Jacqueson. Elle est pas jolie la France vineuse de Jeannette ?

Les Noces de Jeannette
Angle 14 rue Favart et 9 rue d’Amboise –
75002 Paris
Tél. : 01.42.96.36.89
métro : Richelieu-Drouot ligne 8 et 9
réserver

Formule E+P ou P+D = 24 €
Entrées 9€, plats 19€, dessert 8€

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.