Le Gavroche, bistro beaujolais

0

Nicolas Decatoire, la quarantaine, patron du Gavroche où il a été serveur pendant 4 ans, a appris à boire avec ses parents puis d’autres connaisseurs. Pas de connaissance livresque, mais une longue expérience, un éduqué à l’usage.

decatoire
« Maintenant, trop de gens boivent l’étiquette ! Moi, je ne regarde pas si c’est une AOC ou autres, je goûte, et je vois si ça me plaît… », affirme cet amateur éclairé.« Maintenant, trop de gens boivent l’étiquette ! Moi, je ne regarde pas si c’est AOC ou autres, je goûte, et je vois si ça me plaît… », affirme cet amateur éclairé.
gavroche_beaujolaisIl ne pouvait trouver son bonheur que dans un vrai bistro à vins, de ceux qui gardent la tradition d’acheter des fûts aux récoltants et de mettre en bouteilles à Paname : « J’achète des feuillettes, c’est-à-dire 115 litres environ, avec lesquels je fais environ 150 bouteilles. J’ai passé jusqu’à une heure par jour dans ma cave, c’est un lieu que j’aime particulièrement. » Avec sa voûte et l’odeur de vin, il est vrai que c’est un lieu chargé d’âme. C’est là que Nicolas embouteille Chenas, Côte de Brouilly, Morgon ou encore Saint-Amour. Pourquoi du Beaujolais ? « Parce que ce sont surtout ces récoltants qui acceptent encore de vendre des fûts. Les Bordeaux et autres Bourgognes ne se « rabaissent » plus à ce genre de vente ! », explique Nicolas Decatoire.

On appréciera un large choix d’entrées. Du traditionnel oeuf mayonnaise, hareng à l’huile, poireaux vinaigrette à la plus sophistiquée terrine de queue de boeuf en passant par l’incontournable assiette de saucisse sèche fort copieuse. Les amateurs apprécieront le panaché d’andouilles.
Côté plats de résistance entre 11 et 16 euros. On aura le choix entre la joue de porc marchand de vin, le sauté de veau aux olives, le gigot d’agneau rôti et son jus ou la côte de porc charcutière.

Nicolas Decatoire recevant sa Bouteille d'Or, le 4 avril 2011

Nicolas Decatoire recevant sa Bouteille d’Or, le 4 avril 2011

Des entrées et des plats qui, on l’aura deviné, s’accomodent fort bien avec les sélections de vins du patron. Plutôt tendance Beaujolais. Chénas à 20€.
Un large choix de fromage et des desserts  (tarte, baba, mille-feuille) et en saison une délicieuse soupe au fraise.

Bref ce sont les commissaires-priseurs de Drouot, les courtiers en assurance ou encore les provinciaux qui se retrouvent ici midi ou soir autour d’un verre de beaujolais. Un bistrot à vins qui fait rimer qualité avec simplicité. Pas de grandes élégies bachiques, pas de manières, mais une dégustation franche et sincère avec la curiosité de goûter à tout. Avec un credo : le « Savoir boire bon ».

Le Gavroche
19 rue Saint-Marc
75002 Paris
Tél. : 01.42.96.89.70
Tous les jours sauf le dimanche de 7h à 2h.

Formule : 20 €  Entrée+plat ou Plat+dessert
A la carte : 35 €

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.