Clémentine, bistrot gastro coloré

0

Dans ce bistro qui existait déjà en 1906, Franck Langrenne, après être passé par le Méridien et Lucas-Carton, a créé son « ambassade des vignerons et des grands produits du terroir ». Racheté en 1993, le lieu porte le nom de la fille des patrons, Clémentine, née pendant les travaux. Si les nappes à carreaux ont disparu, miroirs et zinc d’époque sont toujours présents.

clementine_salle

clementine_bar

Pour coller au cadre, les classiques bistrotiers ont été un peu dépoussiérés. Gingembre et combava s’invitent parfois à table. Ici aucun terroir n’est privilégié, mis à part la Corse qui est mise à l’honneur chaque année vers avril-mai, aussi bien dans les plats que sur la carte des vins.

Franck est le plus souvent en salle à aider sa femme Catherine et il a cédé les fourneaux à Pierre Costes et Philippe. Ils travaillent des produits frais et de saison. On ne trouvera pas de tomate dans son assiette l’hiver mais un cassoulet aux haricots Tarbais. À part les glaces, qui viennent de chez Terre Adélice en Ardèche, tout est maison, même les rillettes et le saumon, qui est fumé à la cave. Le saucisson vient aussi d’Ardèche, la « breizh andouillette » est pour sa part de chez Paul Legros de Rhuys. Les fruits et légumes doivent être produits en France.

clmentine-andouillette

En entrée (9,50 €), celle du jour, pana cota de courgette et jambon de pays Corse, est en fait un test susceptible de finir sur la carte. L’été, l’aubergine au miel et son œuf poché remplacent l’œuf en meurette Bourguignon. Il y a aussi les rillettes maison et le tartare de saumon mariné aux herbes.

Pour le plat (19 €), la breizh andouillette à la ficelle et sa sauce au poivre restent un grand classique. Les amateurs d’iode choisiront le steak d’espadon ou le filet de saumon. La côte de veau de Dordogne, servie en fonction de la saison avec des champignons ou des châtaignes, donne l’eau à la bouche. Les viandars pourront se rabattre sur la pièce de bœuf, issue de la basse côte.

clementine_plat

Côté dessert (9,50 €), on ne peut passer à côté du vacherin du jour. Aujourd’hui c’était fraise-citron-basilique ou pêche de vigne-verveine. Le gâteau aux noix, avec sa glace au fromage blanc, le millefeuille au Cointreau et la tarte au citron sont des spécialité maison. Dans le registre classique on se délectera d’un mi-cuit au chocolat ou de profiteroles glace vanille et chocolat chaud.

clementine_glace

La carte des vins, conçue par le patron, change régulièrement au gré de ses découvertes et coups de cœur. Une sélection est servie au verre ou au compteur. Une jolie carte variée et attractive d’une centaine de références, plutôt ensoleillée avec beaucoup d’incursion en Provence et en Corse. Parmi les vins au compteur, on relève notamment un anjou-villages Brissac 2010 signée Lebreton (24 €) , un patrimonio domaine Orenga de Gaffory Patrimonio 2011 (26 €). Une belle sélection de digestifs est proposée en association avec la maison du whisky. Du calvados à la prune en passant par le whysky japonais. Dans ce quartier nippophile ce n’est pas une mauvaise idée.

clementine_wisky

Clémentine
5, rue Saint-Marc
75002 Paris
tél.01 40 41 05 65
Métro : Bourse
Fermé samedi midi, dimanche et lundi

Menu carte midi et soir.
Entrée- Plat ou Plat-Dessert 26 €
Entrée-Plat-Dessert 35 €
A la carte : entrées 9,50 €, plats 19 €, desserts 9,50 €.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.