Au Boeuf Couronné

0

Au Bœuf Couronné : Symphonie carnassière

Une belle brasserie si bien patinée par les ans qu’on croirait sans peine qu’elle remonte à des décennies. En fait, l’affaire originale était beaucoup plus petite. C’était un petit bistrot de la Villette mais un endroit stratégique car c’est là que les mandataires payaient leurs coups, une fois leurs contrats signés dans les arrières cours du quartier.

boeuf-couronne-salle

boeuf-couronne-salle2

Reste de cet âge d’or de la bidoche, le petit comptoir et les plaques des comices agricoles récompensant les plus belles bêtes.

boeuf-couronne-medaille

boeuf-couronne-salleRepris au milieu des années 2000, par la famille Joulie, le Bœuf Couronné a été complètement rénové. Les nouveaux patrons ont cassé les murs, élargi les salles du restaurant et repensé l’endroit comme une brasserie des années trente. L’illusion est parfaite, on s’y croirait. On y vient en confiance pour souffler et se ressourcer au terroir. Depuis l’ouverture de la Philarmonie voisine, le « Bœuf » revigore tous les mélomanes après les concerts. Pas de fausse note sur la partition. Et surtout pas de play-back. Ici, tout est fait maison. Un tour dans les cuisines permet de s’en convaincre. Les sauces ne sont pas lyophilisées mais assemblées et battues au fouet dans des casseroles de cuivre. La terrine de campagne généreusement servie avec sa gelée vous saisit comme le premier mouvement Allegro con brio de la 5ème de Beethoven. C’est « la recette de ma grand-mère d’Aveyron « confie Christophe Joulie. Dans le genre, il y a aussi les sublimes pommes de terres soufflées.

La carte déploie de l’ultra-classicisme de brasserie dès les entrées. Terrine de campagne à discrétion, os à moelle sel de Guérande, maquereaux, tartare d’avocats, salade d’épinards, escargots de Bourgogne…

boeuf-couronne-terrine

boeuf-couronne-terrine2

Côté plats de résistance, avec un nom comme le sien, le Bœuf Couronné met un point d’honneur à être à la hauteur des attentes les plus exigeantes des carnassiers. Malgré les scènes paysannes où les bœufs Charolais sont à l’honneur sur les tableaux, le bœuf que l’on savoure ici est de race normande et d’une tendreté déconcertante. Qu’il s’agisse du pavé des mandataires, de l’onglet aux échalotes confites (300 g) ou encore du « Chateaubriand des bidochards » pour deux. Avec une « tête de veau » et les rognons sauce moutarde, les fourchettes canailles ne sont pas oubliées.

boeuf-couronne-onglet boeuf-couronne-frites

Les desserts sont puisés dans la même veine généreuse. Le baba arrosé de rhum ambré St James tiendra tête à une escadrille de crêpes Suzette qui achèveront de couronner ce festin.

boeuf-couronne-crepe-suzette

boeuf_couronn_salleEt les vins ? Avec une quarantaine de références, la carte des vins n’est pas trop indigeste. Pour commencer, un verre mâcon maison délie l’esprit par sa vivacité en début de repas. On décèle une certaine orientation bordelaise qui nous vaut une balade sur les deux rives de la Gironde. Chez les roturiers des côtes de bourg avec le Château de l’Ebraude (20,70 €) et chez les aristos du Médoc avec ce margaux Zédé de Labégorce (37,50 €). Petite incursion rhodanienne avec l’excellent Château La Borie (29,50 €) ou encore un Vacqueyras pas trop austère qui vous aidera à tenir tête au pavé des mandataires. A moins qu’un détour par les bords de Loire…avec un touraine en vinification naturelle signé Marionnet (26 €). Très peu de Bourgogne mais des bons comme ce Château de Chamirey en mercurey. (39,70 € ).

boeuf-couronne-salle3

Au Bœuf Couronné – 188, avenue Jean Jaurès – 75019 Paris – Tél : 01 42 39 44 44
Métro : Porte de Pantin
Ouvert 7 jours sur 7 – De midi à 15 h et de 19 h à minuit
Menu club affaire 34 € (Kir, entrée, plat, fromage, dessert, café, 1/2 buzet)
A l’étage, une belle salle peut être privatisée pour 40 personnes.
Site internet

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.