La Cave d’en Face du Bon Coin 

0

Rue des Cloÿs, au pied de Montmartre il y a donc le Bon Coin, vrai bistrot familial depuis huit décennies. Vigie intangible, Jean-Louis Bras continue d’y servir p’tits noirs, p’tits blancs, pots du beaujolais et à proposer une cuisine qui aimante.  De l’autre côté de la rue, il a monté une sorte de caverne pour papilles en quête d’émotions viniques ou spiritueuses simplement baptisée : la Cave d’en Face.

cavedenface_salleba

 

L’endroit est protéiforme réparti sur quatre salles permettant de  déjeuner ou de déguster dans des atmosphères différentes. Dans la première, devant un comptoir sixties en formica, on peut y choisir des vins d’auteurs du Rhône ou du Languedoc.

cavedenface_sallehtA l’étage, c’est la salle des grands crus bordelais. La pièce intermédiaire est réservée aux vins blancs et enfin, donnant sur la rue Ordener, elle aussi structurée autour d’un comptoir, c’est la salle des spiritueux. A midi, on peut choisir un plat du jour ou le soir, jusqu’à minuit,  escargots, foie gras ou cabécou, sans oublier les réputées patates du Bon Coin. Le droit de bouchon à 5€ permet de beaux voyages sans atterrissage douloureux.

C’est un sacré Médocain qui tient la barre de ce destroyer vini-spiritueux. Fils d’un chef de culture de grand cru du Médoc, il est tombé dans le vin tout petit. Et très vite il a travaillé dans les chais et les vignes des châteaux. Mais il a réussi à échapper à l’enfermement du médoc en filant en Provence vinifier au domaine Peyrassol et au Domaine Rimauresq pendant cinq ans avant de revenir en Gironde prendre la tête du syndicat des Graves puis de monter à Paris s’occuper du réseau InterCaves.




Dans sa Cave d’en Face, Jean-Benoît Dupuy (prononcez Dupouille) déploie toute sa passion pour les vins prestigieux ou facétieux. Bien sûr, il a autant d’auteurs rhodaniens ou languedociens que de grands crus bordelais. Mais il sait également vous trouver des raretés comme ce vin doux naturel, le Dolç Mataro catalan, où le grain de mourvèdre semble avoir fauté avec une cerise au kirsch sur un lit de cacao.

Question whiskys, la Cave d’en Face vous met sur les fesses avec une cinquantaine de whiskys à déguster. A l’exemple de ce formidable de Rozelieures lorrain à la tourbe fruitée et délicate.

Le père Dupuy ne renie pas ses racines bordelaises. Au contraire. L’homme croit au bois et le proclame. Pour lui, c’est d’abord le fût, le  “cask“, qui explique les arômes d’un bon whisky. «La dégustation du whisky est plus complexe que celle du vin, elle réclame une vraie mémoire gustative car chaque cuvée est unique.» Le bonhomme vous explique que la part des anges pour faire un « King Car » whisky taïwanais, champion du monde 2015, atteint 8%  du fait de l’humidité et de la chaleur. Et tac, on comprend d’un coup la concentration d’arômes de cet épatant whisky.  Quand il vous brosse l’épopée des whiskys japonais et du maître distillateur Makata Taketsuru de Nikka, c’est une épopée.

cavedenface_jeanbenoit

Et justement, en parlant du Japon, Jean-Benoît goûteur fou à la recherche du mouton à cinq pattes, travaille désormais sur les sakés – sa dernière passion- pour trouver les meilleurs accords. Une autre occasion d’animation dans cette Cave d’en Face en train de devenir un des meilleurs spots de la capitale pour amateurs vraiment  bien barrés…

 

 

Droit de bouchon de 5€

La Cave d’en Face

40 rue des Cloÿs
75018 Paris
Tel : 01 46 06 03 85

Page Cave d’Enfacebook

En savoir plus sur le Bon Coin

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.