La Coupole

0

Elle a beau appartenir à une chaîne, le Groupe Flo, La Coupole n’a rien perdu de sa capacité d’attraction. Sur le boulevard Montparnasse, elle aimante le chaland. La brasserie répond à la promesse qui scintille en rouge dans la nuit. La Coupole, c’est d’abord un booster de moral. On pousse la porte et on plonge dans la vie parisienne saisie à un instant T. Entre ses piliers peints par les plus fameux peintres, se succèdent des centaines de visages de vieux, de jeunes, de beaux et de moins beaux … Avec cette lumière, l’œil tourbillonne comme une boussole perdue dans les Bermudes. Le brouhaha est stimulant, telle la rumeur de la vie qui pétille, et que renvoie en écho les hauts plafonds.coupole-gateau700

coupole_salleok

Jean-Paul Bucher, amphitryon roi de Paris du XXè siècle, digne d’un Rambuteaux avait entrepris sa rénovation en 1988 en évitant l’écueil de transformer l’endroit en musée des années folles et du surréalisme. Pari gagné. L’âme de ceux qui ont fait la gloire de la Coupole présente sur les murs par les photos, dessins ou les piliers, continue inlassablement de transmettre le même message : vivre et rire même quand on a vu le pire.

coupole-gateau700

A la Coupole, chacun semble égal. Il y a ce sentiment que chacun à sa chance dans la grande ville, la chance d’écrire le vers le plus poignant ou de construire la fortune la plus stupéfiante. Le personnel, dévoué, complice sans excès ni obséquiosité y est pour beaucoup. Surpris par rien mais jamais blasé. Il y a des trucs qui marchent, quand tous les garçons et les filles de la maison lancent une file indienne suivant un énorme gâteau pour un anniversaire. Facile, diront certains, mais cela distille encore davantage d’entrain et de joie dans la plus grande salle de restaurant de France.

serveur-coupoleVoilà pour l’ambiance, par contre côté assiette il faut faire attention. Certes, il y a le « célébrissime » Curry d’agneau servi ici depuis la création de la maison en 1927. Hemingway n’est plus là pour nous dire si c’est bien le même qu’il dégustait. Les huîtres succulentes, tout comme le tartare de charolais. Coup de malchance en revanche avec la choucroute de la formule. A déconseiller sauf pour ceux qui aiment le chou gras et sans saveurs avec des saucisses insipides, citer à leur propos celle de William Saurin, serait tentant mais méchant.

Mais bon, une déconvenue qui ne nous empêchera pas d’y revenir.

Brasserie La Coupole – 102, boulevard du Montparnasse – 75014 Paris
Tél : 01 43 20 14 20
Métro : Vavin
Formule la Coupole : entrée et plat ou plat et dessert (au déjeuner 25€, le soir 31 €)
Menu La COUPOLE 39 € : une entrée, un plat et un dessert

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.