Au Daudet

0

« Au Daudet », le bon pot du père Alphonse

Des bistrots comme le « Daudet », il n’y en a plus beaucoup à Pantruche. Il est encore dans son jus des années 60 avec une fresque magnifique remontant à la même époque et qui reprend tous les thèmes des histoires de Daudet, de Tartarin, sans oublier l’Arlésienne et la mule du Pape.

daudet-tableau

Mais attention, il n’y a pas que la déco, les serveurs comme les patrons sont à l’avenant. Un couple à l’ancienne lui, Philippe, parigot de naissance, elle, Chantal, fille de cafetiers Barréziens d’Aulnay-sous-Bois. A Paris, ils se sont formés à l’art du bistrot à vins au Griffonnier avant de prendre leur Daudet.

daudet-patrons

«Ici tout est fait maison à l’exception de la pâte feuilletée.» assure la patronne. C’est elle, en pure bougnate, qui tient les fourneaux. Elle file à Rungis chaque jeudi à 4h30 avec son homme. «A cette heure là, on y est en un quart d’heure » explique-t-elle. Les patrons du Daudet sont bien connus des mandataires du MIN (Marché d’Intérêt National). «A chaque fois, on part sur une idée, on revient avec autre chose car on nous propose toujours de bonnes affaires. » explique Philippe. Mais au menu n’attendez pas du fusion ou du sushi. Ici, c’est le style gastronomique brasserie avec des salades de 8,5 à 13 €, œuf mayo à 3,5€, tartare à 12,5€ avec 250 g de frites, ou encore andouillette 5A (14,5€) et assiette de charcuterie des Monts d’Aubrac (de chez Conquet de Laguiole) à 14,5€.

daudet-comptoir

Au chapitre liquides, la Coupe du Meilleur Pot dont on connaît l’attirance beaujolaise, n’a pas récompensé « le Daudet » au hasard. Ce dernier a toujours fait la part belle aux crus du beaujolais. Six d’entre eux s’alignent sur les étagères. Chiroubles et Morgon signés Pierre Savoye, Chénas et Moulin à Vent de Patrick Balvay mais aussi Brouilly. Manque le Régnié, la Côte de Brouilly ou le Julienas. Mais au-delà des « beaujo », la carte des vins fait preuve d’éclectisme à des prix plutôt gentils, avec du pinot noir alsacien signé Hans Schaeffer, ou du picpoul de Pinet « Mas de la Garenne ». Pas de marcillac mais du saint-pourçain de la cave. Il y a même des bios et des vins d’auteurs comme le bourgueil AOC « Trinch » des Breton ou encore l’excellent Walden en côtes du Roussillon. Bref de quoi devenir attaché au Daudet comme la chèvre du père Seguin à son piquet.

Au Daudet – 16, rue Alphonse Daudet – 75014 Paris – Tél. 01 45 40 82 33
Métro : Alesia
Fermé dimanche – Dîner jeudi et vendredi

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.