Chardenoux

0

Sacré Chardenoux ! Sa décoration datée Belle Epoque n’a pas bougé d’un iota. Ce beau troquet né en 1908 porte encore le nom du bougnat Lozérien fondateur. Superbes verres gravés, miroir et décor floral authentiques. La marquise ainsi que le très joli bar composé de quatorze marbres différents sont référencés aux monuments historiques. Le zinc du comptoir date de l’après-guerre, l’original -comme tant d’autres- ayant été réquisitionné par les Allemands pour en faire des munitions.

chardenoux-salle

Longtemps avant les bobos, Chardenoux fut fréquenté par les ouvriers du bois, nombreux dans le quartier, et les maraîchers de Montreuil qui s’y arrêtaient pour l’apéro après avoir vendu leurs laitues et navets sur les marchés parisiens. La sciure s’étalait alors par terre et la salle était chauffée au poêle à charbon…

Depuis septembre 2008, Cyril Lignac a repris la rênes de la belle affaire. Mais il est rare de pouvoir profiter de sa faconde et malheureusement en son absence le service est plus impersonnel.
Au niveau visuel et gustatif ses assiettes sont en accord avec le décor. Idem pour le palais qui s’émoustille face à l’œuf mollet parmesan et truffé, les saint-jacques à la crème de piquillos ou les ravioles au brocciu. Le pain perdu est un monument de tendresse et de suavité. Mais à les détailler lentement avec leur longue pique destinée à les immerger dans le pot de fondue au chocolat, on finit par penser que les cinq minuscules profiteroles sont à l’image de ce restaurant. Un superbe exercice de style qui oublie un point fondamental, dans la culture du vulgum pecus en tout cas : l’ardente obligation de rassasier son client.

chardenoux-comptoirEn clair, ce Chardenoux est une sorte de chef d’œuvre de modélisme bistrotier pensé pour des êtres désincarnés sans besoins en protéines. Car, la formule entrée-plat-dessert à 39 €, si elle ravit les yeux, peine à repaître son humain. Dans le Chardenoux de la Belle Epoque, le patron se serait sans doute fait écharper par les clients pour un tel manquement. Cent ans plus tard, il en va des politiques comme des chefs, à force d’être au four et aux médias…on en oublie parfois les aspirations du terrain.

Maison Chardenoux – 1 rue Jules Vallès – 75011 Paris Tél : 01 43 71 49 52
Métro : Faidherbe Chaligny
Déjeuner : E+P+D 27 € ou E+P ou P+D 22 € (du lundi au vendredi)
Dîner : Menu Carte : Entrée-plat-dessert 39 €

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.