Willi’s Wine Bar, bistrot à vins

0

C’est en 1980, que l’anglais Mark Williamson se lance dans l’aventure en ouvrant le Willi’s Wine Bar. « Très rapidement, j’ai eu cette envie de promouvoir les viticulteurs indépendants. J’ai été l’un des premiers à mettre en valeur l’origine du vin. Par exemple, je me suis mis à défendre les vins de la vallée du Rhône, quand mes amis œnologues ou sommeliers me le déconseillaient. Ils avaient cet a priori que c’était un vin de comptoir, d’ouvriers. » Lui, était convaincu que c’était un bon vin, et il a été convaincant avec ses clients. Des habitués du quartier mais aussi des yuppies de la Bourse, business men anglo-saxon.

L’adresse est très vite devenue bien connue des amateurs de vins. A la carte des vins, on trouve ainsi des vins du monde entier avec près de 250 références du monde entier à un prix assez abordable. D’où un très large choix de verre au vin, près d’une quarantaine, entre 5 euros et 15 euros.

Le menu change tous les jours au gré du marché. Le chef François Yon peut ainsi concocter des Queues de gambas grillées, pressé de Minestrone vert ou une Raviole ouverte de champignons des bois & poireaux confits (12€). En plat de résistance, vous pouvez avoir le choix entre un  Rôti de cabillaud aux feuilles & côtes de blettes croquantes (18€) ou un carré Royal Burger charolais et ses condiments (16€). Comptez entre 30 € le midi et 40/50 €  le soir.

Marc Williamson, audace et élégance anglaises

Il fallait être anglais, venu d’un pays sans vignes, pour proposer à une clientèle française fière de ses cépages une carte de vins où les crus français côtoient les californiens, les espagnols et les australiens. Le vin sans a priori patriotique, c’est possible au Willi’s Wine Bar

Marc Williamson1

« J’ai commencé à boire du vin très jeune, j’avais peut-être 4 ans », se souvient Marc « à l’époque j’étais en Afrique du Sud, donc je goûtais des vins du monde entier, et dans ma famille, les goûts étaient très tranchés. Mon oncle avait une superbe cave, mon grand-père importait des vins du Rhin. » Un éveil du palais très diversifié, donc.
Après des études de cuisiner et un bref passage dans le Vaucluse, Marc Williamson tient enfin sa passion : il est embauché chez un caviste parisien où il assiste à des cours d’œnologues plusieurs fois par semaine.
Et en 1980, il se lance dans l’aventure en ouvrant le Willi’s Wine Bar. « Très rapidement, j’ai eu cette envie de promouvoir les viticulteurs indépendants. J’ai été l’un des premiers à mettre en valeur l’origine du vin. Par exemple, je me suis mis à défendre les vins de la vallée du Rhône, quand mes amis œnologues ou sommeliers me le déconseillaient. Ils avaient cet a priori que c’était un vin de comptoir, d’ouvriers. » Lui, était convaincu que c’était un bon vin, et il a été convaincant avec ses clients.
L’essentiel pour Marc Williamson, est d’avoir toujours en tête que le vin « est un produit d’alimentation » qu’il aime marier avec ses plats. « Pour moi, le vin ne doit pas être un objet de spéculation, il est là pour être dégusté, sinon c’est une relique et ça ne m’intéresse pas. »

Willi’s Wine Bar
13 rue des Petits Champs
75001 Paris
Métro : Palais-Royal
Ouvert du lundi au samedi de 12h à minuit
Fin de service 23h


Partager sur :

Les commentaires sont fermés.