Très chers cafés qui ne risquent pas de baisser…

0

cafe_hausseL’arabica n’a jamais été aussi élevé depuis 13 ans. En un an, le cours de la livre d’arabica est passé de 140 cents à 225,45 cents à la mi-décembre.

Même le robusta, jamais vraiment très robuste au cours de ces dernières années, a repris aussi du poil de la bête en dépassant les 2000 dollars la tonne. Il faut dire que des géants comme Nestlé semblent décidés à se rabattre sur le robusta. Ainsi, le géant suisse cherche à convaincre les producteurs mexicains à passer au robusta en utilisant des plants améliorés et beaucoup plus productifs pour le Nescafé. Tollé chez les syndicats qui craignent une chute des cours.
Si le Brésil, premier producteur mondial, continue d’afficher une production robuste, d’autres pays, comme l’Indonésie (quatrième exportateur mondial de café) et le Vietnam (deuxième exportateur), ont subi des conditions météorologiques défavorables, notamment en raison du phénomène climatique La Nina.
Pour l’année caféière passée (octobre 2009 à octobre 2010), la production totale de l’ensemble des pays exportateurs de café a reculé de 6,4% par rapport à la récolte précédente, à 119,8 millions de sacs de 60 kilos, a souligné l’Organisation internationale du café (ICO) dans son rapport de décembre. Or dans le même temps, la consommation mondiale est restée solide avec à 130 millions de sacs pour l’année calendaire 2010. D’où les anticipations à la hausse des spéculateurs.
Reste à savoir si les bistrots dont certains ont allègrement profité de l’effet euro pour se marger sur le café feront supporter aux consommateurs la hausse que ne manqueront pas de leur appliquer leurs fournisseurs.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.