Vin & Société communique à la fois sur la prévention et le respect du vin.

0

Il est loin le temps du gros rouge qui tâche, du Gévéor et autre Préfontaines. Vin&Société, le lobby de la profession viti-vinicole, a décidé de donner une image du vin plus raffinée. Celui d’un produit de plaisir et de partage qu’on savoure sans abuser. D’où une campagne de publicité nationale sur le thème « le Vin je l’aime, je le respecte.» avec des publicités qui mettent l’accent sur les repères de consommation “2.3.4.0”* en unités d’alcool soutenus par les autorités de la Santé mais inconnus pour neuf Français sur dix. Ces repères sont mis en valeur par des grains de raisin illustrés baptisés les « vindomptables« .
Avec cette campagne massive grand public et Internet, d’un montant de 600 000 €, Vin & Société entend sous doute couper un peu l’herbe sous pied des groupes antialcoolique pour lesquels le vin est un alcool comme un autre qu’il convient de combattre à ce titre. Hélas, la campagne n’a pas manqué de susciter pourtant des réactions de rejet de la 
Haute Autorité de Santé (HAS). Dans un communiqué elle a dénoncé une « campagne publicitaire qui détourne un outil médical de lutte contre les dangers de l’alcool ». Référence aux  outil de repérage des consommations à risque pour l’alcool d’abord destinés à des professionnels de santé selon elle. Ainsi selon elle, les fameux repères sont  des seuils de consommation à risque… Une position en parfaite contradiction avec les dernières études sur la consommation de vin concluant à une plus grande longévité pour les consommateurs réguliers de 2 à 3 verres de vins par jour.

pub_vinSociete
Mais Vin&Société envoie également un message à ses membres peut-être de façon inconsciente. Car son slogan peut parfaitement s’appliquer également aux producteurs. Pour qu’un produit soit respecté encore faut-il que son mode de production soit respectable. En clair, chacun le sait le phénomène du mieux boire du vin auquel on assiste est lié à de meilleures pratiques à la vigne et au chai : moins de rendement, moins de pesticides -et en tout cas pas près des écoles- moins de soufre, plus de bio… Et des bouteilles plus chères et donc mieux valorisées.

Plus largement à l’heure des Djihadistes, pour qui le jus de raisin fermenté est absolument maudit, cette campagne certes conçue avant le drame du 13 novembre- ne manquera pas d’être analysée comme un appel à une défense d’un modèle français de civilisation. D’ailleurs les responsables de Vin&Société n’ont pas manqué de mettre en avant une des conclusions du Baromètre IFOP Vin&Société 2014. Pour 76% des Français interrogés, le vin est synonyme de bien vivre ensemble. Tout un programme par les temps qui courent.

*4 chiffres faciles à retenir : 2.3.4.0 : 2 verres maximum par jour pour les femmes, 3 verres maximum par jour pour les hommes, 4 verres maximum en une seule occasion exceptionnelle, 0 verre un jour par semaine

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.